Michel Martineau 3 au 27 février 2011


Michel Martineau réalise des tableaux de grand format aux couleurs vives et aux traitements bruts. Les compositions picturales laissent voir une grammaire de motifs et de représentations ayant pour fonction d’activer une structure spatiale onirique et ludique. La construction en surface et l’inclusion de citations issues de productions antérieures agissent comme une mémoire résiduelle. Tel un bruit de fond médiatique, l’œuvre se déploie en autant de fenêtres en hyperlien, comprimant et nivelant l’histoire par une surabondance d’informations. Lieu de l’indéfini et de la mise en abîme, ces œuvres expriment en quelque sorte notre perte de repères communs, de valeurs sociales et de culture identitaire.