Shireen Kamran 4 au 28 mars 2010


« Mes œuvres récentes témoignent de mon intérêt fondamental pour l’abstraction, une abstraction faisant recours à des manifestations ténues de langage figuratif, traçant mon intérêt continu pour le mystique. En dépit de mes valeurs en apparence conservatrices, ces travaux furent pour moi une libération joyeuse, déployant de luminosité, de formes animales hybrides aux membres reculant dans des quasi-voûtes et menant dans des états plus élevés: l’inconnu. Les formes dessinées, tirées en graphite et charbon de bois, ne sont que vaguement discernables car elles incombent des coups de pinceaux et des raclures de couteau qui recouvrent entièrement la surface de la toile avec de denses couches de pigments. De plus, il y a un sentiment d’une tentative de communication par le langage propre, soit la calligraphie. Puisque les œuvres sont le produit d’un subconscient, l’élément de mystère reste intégral aux peintures où tout n’est pas révélé. »