Dominique Paul du 1er au 25 mai 2014


Voyage au bout de mon bac de recyclage

11DP_ConeyIsland600

Cette exposition regroupe des photos et des vidéos mettant en scène l’artiste habillée de structures lumineuses réalisées avec des bouteilles en plastique et autres contenants recyclés. Selon John K. Grande, pour Dominique Paul « L’art devient un moyen d’exprimer l’interface entre les nouvelles technologies, l’atomisation de l’identité humaine, et les ambiguïtés de sens qui ont surgi… Son esthétique est sociale et parle de l’anomie, du codage de l’interprétation du visuel dans une ère de l’image en mouvement … L’ambiguïté de l’espace physique, de l’objet et du sujet, qui est caractéristique de notre époque, est captée par Dominique Paul ». Le corps lumineux lui permet de ne point disparaître devant les écrans et lui donne le pouvoir de mettre en lumière son environnement. Avec Pandore, elle transforme un matériau banal dans une optique de ré-enchantement du monde. Révélations explore la condition humaine à travers la mise en lumière de tableaux tirés de la collection du Musée des beaux-arts de Montréal. Dans Prométhée, elle développe une relation onirique avec des animaux naturalisés. Dans Migrations des Arthropodes, présentée en primeur à Montréal, l’artiste se transforme en insecte pour aboutir dans la East River où elle se prépare pour une éventuelle montée des eaux en portant une robe flottante. Contrairement à La Métamorphose de Kafka, la transformation en insecte devient une stratégie pour s’adapter au changement et non pas une tragédie.

Dominique Paul partage son temps entre Montréal et New York. Depuis 2002, elle a présenté plus de 20 expositions solos en Amérique du Nord et en Europe. En 2014, elle participera à une exposition collective au Art Museum of the Americas, Washington D.C. En 2015, elle sera accueillie en résidence par Residency Unlimited, New York. En 2013-2014, elle présente sa première exposition solo à la galerie Miyako Yoshinaga, Chelsea, et elle a des entrevues dans le New York Magazine et le magazine Whitewall en-ligne. De plus, elle est sélectionnée par Mira Schor pour l’exposition 40e anniversaire du projet Womenhouse à AIR Gallery, New York. En 2013, le festival LUMEN choisit l’une de ses vidéos et elle expose en solo à la Fondation de Chashama, dans Chelsea. En 2012, elle est récipiendaire d’une résidence du LMCC à New York, elle participe à une exposition d’artistes québécois dans Chelsea, Under The Radar: The New Visionaries et elle expose en solo au Musée d’art contemporain des Laurentides. En 2010, elle prend part à Art contemporain Montréal, Shanghai Times Square, dans le cadre de l’Exposition universelle. Elle obtient en 2009 un doctorat de l’UQAM qui sera publié aux Éditions d’Art le Sabord et, en 2000, une maîtrise du College of Fine Arts, UNSW, Sydney, Australie.
Dominique Paul remercie le Conseil des arts et des lettres du Québec et la Société de développement des entreprises culturelles du Québec pour leur soutien financier, Hexagram-UQAM pour le prêt d’équipements, le Musée des beaux-arts de Montréal et l’Université Laval de Québec pour l’accès à ses collections.

Pour de plus amples informations, consultez le dossier de presse de l’artiste :  www.dominiquepaul.net