Partage – Michèle Delisle du 6 au 30 novembre


16_Michèle_2013_10Partage des ingrédients, de l’intimité, du jour et de la nuit, partage des plaisirs…
Partage comme séparation…mais aussi comme échange…

Née à St-Jérôme, Michèle Delisle vit et travaille entre Montréal, et l’Italie. Diplômée en 1982 de l’université Concordia, elle y enseigne depuis 1983 la peinture et le dessin. Elle a exposé aux Canada, aux Etats-Unis et en Europe, et ses œuvres ont joint plusieurs collections publiques et privées à l’échelle nationale et internationale. On peut voir ses œuvres en consultant son site internet ou en communiquant avec la galerie Eric Devlin qui la représente.

Conjointement à l’enseignement, de nombreuses transplantations marqueront la carrière de Michèle Delisle et modifieront en profondeur son travail et sa réflexion.
Dès la fin de ses études en 1982, grâce à un échange d’atelier elle part pour Los Angeles en Californie. Formée à l’abstraction en peinture, et à la danse contemporaine, elle explore d’abord la matière, et développe une approche tactile, et gestuelle. Ce séjour qui devait durer 4 mois se prolongera sur 3 ans.

Plus tard en 1985, elle laisse la côte ouest, et débarque à Florence, en Italie. Elle découvre l’histoire et les lois de la figuration, et développe un tout nouveau langage pictural où la forme s’affirme de plus en plus. En 1988 elle crée pour ses étudiants un stage intensif de dessin d’observation, en même temps qu’elle organise pour des petits groupes de personnes de tous âges, des séjours d’art en Toscane. Ces activités se poursuivent encore aujourd’hui.

En 1992 la ville de Marseille lui offre un atelier où une rencontre déterminante modifiera sa vision. Sa peinture s’enrichit sur le plan spatial entrainant plus de profondeur et une plus grande complexité, en même temps que la lumière devient un enjeu toujours plus important.

Dans ce travail, qui se poursuit toujours aujourd’hui, progressivement la présence de l’autre prend de plus en plus d’importance, et ce sont les personnes rencontrées qui lui servent de modèles. Tout est digne d’intérêt mais jamais le pittoresque n’est recherché, et la sentimentalité est bannie.

La présence de l’autre est l’énigme de la peinture, car l’autre ne peut être simplement représenté.

…Parce que chaque rencontre est inscrite dans le temps, un temps que la peinture permet miraculeusement de feuilleter, de découper en le figeant dans une éternité qui cherche sa vérité, le secret peut être maintenu.

Georges Leroux, philosophe, in Entre Deux (catalogue blanc), expo 2006, galerie Eric Devlin

A la galerie d’Outremont Michèle Delisle expose :

Les grands tableaux Intimité et Les cuisinières.
En art peinture et cuisine sont depuis toujours très liées et la peintre adore cuisiner. C’est les mains dans la pâte qu’on partage ingrédients et couleurs. De plus par ces cours en Italie cet univers de cuisinières (avec qui elle planifie les menus ) lui est connu.
Quelques grands paysages  familiers complètent cette exposition.

De grands tableaux où plus que les personnages eux-mêmes, c’est l’espace entre eux qui compte. De même plus que le lieu réel de l’action, c’est la couleur et la lumière qui jouent le rôle principal.

Source : Commentaires Guido Molinari, Leopold Plotek, Laurier Lacroix, Georges Leroux, Nicolas Levesque in catalogue orange des oeuvres 2000-2003, catalogue blanc des œuvres 2003-2006 et catalogue mauve des œuvres 2006-2013.