Parcours GAO


parcours_promoslider

L’art contemporain t’attire?

Tu aimerais visiter un atelier d’artiste?

Tu te demandes : les œuvres contemporaines, quelles en sont les clefs?

PARCOURS GAO, c’est pour toi!

La Galerie d’art d’Outremont est à la recherche de dix (10) volontaires pour participer à PARCOURS GAO, un projet de médiation en arts visuels contemporains.

Catherine Chaumont, médiatrice à la GAO, accompagnera les 10 candidats volontaires dans un parcours de découvertes, incluant : trois visites d’expositions commentées à la GAO, deux visites de galeries privées, une visite d’atelier d’artiste, une entrée gratuite à une conférence sur l’art contemporain, dispensée par Josette Trépanier, à la Galerie d’art d’Outremont .

Hâte-toi de t’inscrire!

Le premier rendez-vous est fixé à la

Galerie d’art d’Outremont,

41 avenue Saint-Just,

le mercredi 28 octobre à 17 h.

Ça t’intéresse? Tu as entre 18 et 30 ans? Inscris-toi auprès de Laurent Bouchard en communiquant au 514 495-7419 ou en lui écrivant à l’adresse courriel :

laurentbouchard@ville.montreal.qc.ca

www.galeriedartdoutremont.ca

 

Le projet PARCOURS GAO a bénéficié du soutien financier de l’Entente sur le développement culturel de Montréal, intervenue entre la Ville de Montréal et le ministère de la Culture et des Communications du Québec. 

La médiation, qu’est-ce que c’est ?
Les projets de médiation culturelle prennent
 de multiples formes et la Ville de Montréal soutient cette diversité de pratiques : de la visite guidée sur mesure à la co-création artistique, en passant par la rencontre-discussion avec les professionnels du milieu et l’atelier de découverte ou d’initiation. Centrée sur les moments de création, de diffusion ou de réception, la médiation culturelle peut être l’occasion d’expérimenter des pratiques ancrées et participatives, des formules hybrides, décloisonnées, et hors les murs.

Parmi les procédés d’intervention les plus utilisés dans les projets de médiation culturelle, on trouve :

–   les activités d’animation pédagogique ;

–   les ateliers d’initiation ;

–   les ateliers de création ;

–   les activités d’accompagnement ;

–   les discussions ;

–   les invitations à une sortie culturelle ;

–   la promotion de l’offre culturelle ;

–   la diffusion d’un événement ou d’une œuvre artistique.

Qui sont les intervenants ? Les projets de médiation culturelle impliquent souvent des artistes professionnels, sollicités à titre de médiateurs principaux, mais ils peuvent aussi impliquer un animateur/médiateur, d’autres
professionnels du milieu culturel (metteurs en scène, commissaire d’exposition, etc.), un enseignant ou une personne ressource
spécialisée (technicien, intervenant social ou psychosocial, organisateur communautaire).

La médiation culturelle est destinée à toutes les disciplines artistiques et à tous les champs sociaux, qu’ils soient culturel, scolaire, communautaire, de santé,
carcéral ou autre. L’insertion des projets dans des contextes éloignés du champ culturel et artistique nécessite généralement
des partenariats étroits avec des organismes bien implantés dans le milieu pour faire le lien avec les populations.

Depuis 2005, la Ville de Montréal soutient des projets destinés :

    aux jeunes et aux écoles pour encourager l’éducation artistique, lutter contre le décrochage scolaire et enrichir la vie culturelle dans les écoles montréalaises;

   à animer les arrondissements, quartiers et espaces publics pour développer une offre culturelle de proximité et améliorer la qualité des milieux de vie ;

   à valoriser la diversité culturelle pour soutenir la pluralité des formes d’expression et enrichir les échanges interculturels ;

   à s’engager auprès des partenaires communautaires dans une démarche d’ « art communautaire », d’« art engagé », ou d’intervention contre l’exclusion sociale ;

   à créer des ponts avec le milieu de la santé en créant des rencontres artistiques dans les centres hospitaliers, les centres d’hébergement et les organismes en santé mentale ;

  à expérimenter les technologies mobiles et les plateformes numériques pour renouveler le rapport à la culture et à l’espace urbain ;

et bien d’autres !